L’avenir de peuples autochtones non contactés est menacé. Le gouvernement Bolsonaro et ses alliés tentent de mettre fin aux ordonnances de protection des terres.

Leurs territoires de forêt tropicale, au cœur de l’Amazonie brésilienne, sont protégés par des “Ordonnances de protection des terres” adoptées en urgence et qui sont sur le point d’expirer.

Ces ordonnances interdisent aux bûcherons, mineurs et autres envahisseurs de pénétrer sur les terres des peuples autochtones. Sans cette protection, les forêts seraient complètement détruites – et les peuples qui s’en occupent et en dépendent pour survivre pourraient être anéanties.

L’un de ces territoires abrite le peuple non contacté piripkura, qui a survécu des décennies durant au vol de ses terres et aux massacres brutaux perpétrés par les envahisseurs.

Aujourd’hui, les politiciens et les éleveurs anti-autochtones – encouragés par les attaques génocidaires du président Bolsonaro contre les peuples autochtones du Brésil – tentent de supprimer les ordonnances afin de pouvoir voler ces terres pour l’élevage, l’exploitation forestière, l’exploitation minière, etc. Cela pourrait anéantir des peuples entiers.


« S’ils les tuent, il ne restera plus personne. »
Rita Piripkura, dont les parents non contactés vivent dans l’un des territoires protégés par les ordonnances.


Envoyez dès maintenant un mail au gouvernement brésilien pour lui demander de renouveler ces Ordonnances de protection des terres, d’expulser tous les envahisseurs, de protéger intégralement ces territoires et de mettre fin au génocide au Brésil (#StopBrazilsGenocide).

Puis faites également pression sur le gouvernement brésilien sur les réseaux sociaux ! Cherchez les hashtag #AssinaFUNAI et #PeuplesNonContactés

Mise à jour
- Le 16 septembre 2021, la FUNAI a renouvelé l’Ordonnance de protection des terres autochtones Piripkura. Le 9 décembre 2021, la FUNAI a renouvelé l’ordonnance de protection des terres pour le territoire autochtone de Pirititi. En février 2022, la FUNAI a renouvelé l’ordonnance de protection des terres pour le territoire d’Ituna Itatá. Toutes trois n’ont été renouvelées que pour six mois, ce qui n’est pas suffisant pour chasser tous les envahisseurs ni pour finaliser le processus de démarcation des territoires.

- L’ordonnance de protection des terres pour le territoires autochtone de Jacareúba/Katawixi a expiré et nécessite une action urgente du gouvernement.

E-mails envoyés : : 24.023
Aidez-nous à obtenir 25.000 emails !